Les Référendums

de Chêne-Bougeries 2018.

Derniers développements: fin 2019, le Conseil Administratif a écrit au Conseiller d'Etat  et ceci est commenté dans la Tribune de Genève du 20 janvier.

 

Chers tous,

 

Merci pour le vote « non » au déclassement de la parcelle « Grosjean » (53.4%) et « non » au PLQ prévu pour cette parcelle (54.6%). C’est un très bon résultat : le « non » n’était « soutenu » que par un des trois partis présents au conseil municipal (Verts de Chêne-Bougeries : « non » alors que PLR et Alternative ont soutenus le « oui »).

 

Un des objectifs de ce site est d’informer sur ce qui s’est passé après les votations. Voici donc les évènements qui ont suivi le vote de mars 2018 :

  • Lors de la séance ordinaire du conseil municipal du 12 avril 2018, une proposition pour examiner l’achat éventuel, par la commune, de la parcelle « Grosjean » a été débattue. Rien n’a abouti et nous laissons le lecteur juger des arguments développés pendant les débats ! Nous regrettons toutefois que la commune n’ait pas suivi le souhait des habitants : créer une ferme urbaine avec un parc public. Nous sommes perplexes sur l’achat par notre commune, de la parcelle « Gautier ». Cette dernière est plus petite et est plus chère que la parcelle « Grosjean » (voir ci-après).

  • Lors de la séance ordinaire du 27 septembre 2018, le conseil municipal a autorisé la commune à acheter la parcelle « Gautier » :  CHF 24'800'000 pour 16'552 m2 ! Nous pensons qu’un achat de cette ampleur nécessite un argumentaire documenté ainsi que, probablement, la consultation des citoyens.

  • Le 20 novembre 2018, la société Westpark SA a acquis une partie de la parcelle « Grosjean » : CHF 12'350'000 pour 28'115 m2 (cf. FAO du 30.11.2018). Westpark est la même société qui a construit les immeubles situés route Jean-Jacques Rigaud. La surface sur laquelle est implantée la ferme n’a pas été vendue. Elle reste propriété de Messieurs François et René Grosjean.

  • Le 23 novembre 2018, le comité référendaire a été reçu par le Président du Conseil d’État, Monsieur Antonio Hodgers. Notre entrevue a été suivie d’un courrier au Magistrat. Une nouvelle entrevue est prévue. Cette séance a été organisée le 25 juin 2019.

  • Le 27 février 2019, la société Westpark SA a déposé au DALE une demande préalable (DP n°18825) pour la construction de 10 immeubles sur la parcelle qu’elle a récemment acquise.  Les immeubles projetés sont de type « Rez + 2 », ce qui est cohérent avec ce que l’on peut construire en zone villa ou zone 5. Cette demande préalable a été refusée le 12 novembre 2019.

  • Sous la présidence du Conseiller d’État, le 25 juin 2019 ont été réunis : les services compétents du DALE, le promoteur Westpark (et maintenant propriétaire de la parcelle), Mr François Grosjean, le Conseil Administratif de la Mairie de Chêne-Bougeries et le Comité Référendaire. L’objectif était de discuter les propositions du Conseiller d’État et tels que repris dans le courrier qui a été transmis après notre séance du 23 novembre 2018. Lors de la séance de juin 2019, chacun des points du dit courrier ont été abordés, sans qu’aucune conclusion ne soit tirée. Nous attendons le compte-rendu de cette séance.

  • Le 13 novembre 2019, le comité référendaire a été reçu par le Conseil Administratif de la Mairie de Chêne-Bougeries. Notre objectif était d’examiner les conséquences des résultats des referendums de mars 2018. Lors de cette entrevue, nous avons sollicité le Conseil Administratif, pour qu‘il demande le classement de la parcelle en « zone de verdure et délassement ». A notre plus grande satisfaction, notre demande a été entendue, ainsi que l’atteste le courrier envoyé par le Conseil Administratif au Conseiller d’État.

 

Et maintenant ? Nous attendons la réponse du Conseiller d’État à ce fameux courrier.

 

Nous ne manquerons pas de documenter ce site au fur et à mesure des futurs développements. C’est aussi un des objectifs de ce site.

 

 

Chêne-Bougeries, le 26 janvier 2020